MIGNONNE, ALLONS VOIR SI LA ROSE

3.60$45.00$

Reproduction de l’oeuvre « Mignonne, allons voir si la rose ». Votre format également disponible sur mesure selon votre décor! Informez-vous!

Effacer
UGS : Affiche Mignonne Catégorie : Étiquettes : , , , , , , ,

AFFICHE
Reproduction de dessin au graphite sur papier aquarelle, numérisée et couleur ajoutée à l’ordinateur. Impression haut de gamme sur papier «artiste mat». Disponible en format 4″x6″ (10.16 x 15.24 cm), 8″x10″ (20.32 x 25.4 cm), 16″x20″ (40.64 x 50.8 cm), 24″x36″ (60.96 x 91.44 cm)* .

Également disponible, votre format faits sur mesure selon votre décor ! Informez-vous !


NOTE
* Les formats de 24″x36″ (60.96 x 91.44 cm) et plus ne sont pas offert en ligne. Ils sont disponibles par commande téléphonique seulement : 514 778.1437.

** En raison des différences de calibrage des divers moniteurs et imprimantes, les couleurs des reproductions qui apparaissent à votre écran peuvent varier légèrement de la couleur réelle de la reproduction. Les reproductions 8″x10″ (20.32 x 25.4 cm), 16″x20″ (40.64 x 50.8 cm), 24″x36″ (60.96 x 91.44 cm) et plus* sont imprimées sur un papier « artiste » mat de couleur légèrement crème, et non blanc brillant. Cadre non inclus.

© ELISABETH PROVENCHER, dessin & art numérique

MIGNONNE, ALLONS VOIR SI LA ROSE

« Mignonne, allons voir si la rose » est une ode évoquant la jeunesse qui passe comme le temps d’une fleur. Cette méditation s’inspire du poète latin Ausone.  Elle a été composée en 1545 par Richard de Ronsard à la belle Cassandre Salviati.

À CASSANDRE

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ! ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Ronsard (1524, Vendômois)
Odes, I,17